Google Analytics : Mesurer pour améliorer


Google Analytics - Mesurer pour améliorer

 

Vous n'avez pas beaucoup de temps, ni de d'argent pour faire croître votre activité ? Nous allons voir dans cet article comment utiliser Google Analytics dans une optique de Growth-Hacking : se fixer des objectifs, mesurer l'origine de son trafic, développer ce qui marche et arrêter ce qui ne marche pas. Test - Measure - Improve : voilà le principe. Voyons comment ça se passe dans la pratique...

 

Commencez par créer votre compte sur Google Analytics, et le relier à vos autres comptes Google : Search Console, et Adwords.

Intégrez le code javascript fourni (le "Tag") dans le header de chacune de vos pages.

Voici maintenant les 3 choses à ne pas faire, et les 3 choses à faire sur Google Analytics, pour éviter de perdre du temps, et aller à l'essentiel. Car vous verrez que cet outil est suffisamment complet, pour qu'on se retrouve finalement à y faire tout un tas de choses inutiles.

 

1- A ne pas faire

 

A- Arrêter de regarder le Real Time Dashboard

Google Anaytics Real Time Dashboard

Il s'agit de la fréquentation en temps réel de vos pages. Dans cette usine à perdre du temps, vous n'aurez aucune information intéressante. Cela peut juste vous permettre de détecter une hausse rapide de la fréquentation, significative d'un "good buzz" ou d'un "bad buzz". Dans ce cas, il sera déjà trop tard pour réagir !

Pour être prévenu lors de tels pics d'activité, et surtout pour pouvoir réagir rapidement, utilisez plutôt Mention, un outil payant (à partir de 29 €/mois) pour surveiller la réputation de votre marque.

 

B- Ne pas s'occuper du temps passé sur le site

 

On le retrouve à plusieurs endroits sous le terme "Duration", ou "Durée moyenne des sessions".

Cet indicateur n'est pas fiable, car les durées sont calculées uniquement lorsque le visiteur change de page... ce qui ne veut rien dire ! Si l'utilisateur passe peu de temps sur une page, c'est peut-être une bonne chose, car cela veut dire qu'il a rapidement trouvé ce qu'il cherchait. Inversement, il a peut-être passé beaucoup de temps à chercher ce qu'il ne trouvait pas, car le site n'est pas bien fait. Impossible de le savoir ! Donc oubliez tout type d'information basée sur la durée.

 

C- Ne pas se focaliser sur le taux de rebond

 

Taux de rebond : nombre de visites qui n'ont fait qu'une seule page. Le visiteur est entré sur le site, et il l'a quitté tout de suite après.

Pour un site OnePage, 100% est normal puisque les visiteurs iront forcément ailleurs après être allé chez vous.

Pour une page d’accueil devant mener le visiteur vers d'autres pages, un taux de 50% est normal. Au delà, vous devez simplement étudier la corrélation entre vos mots clés de recherche, et les thèmes abordés sur votre Landing page (page de destination).

 

 

2- A faire

 

A- Arrêter de se tracker

 

La première chose à faire est d'arrêter de se tracker (suivre) soi-même. Lorsque vous testez votre site, vous devenez finalement l'utilisateur "magique" qui est allé partout sur le site, et il est donc inutile de suivre vos propres visites. Idem pour vos développeurs. Vous devez donc commencer par installer cette extension compatible avec les principaux navigateurs : ICI.

 

B- Définir l'objectif du site : penser "objectif"

 

Pour du e-commerce : vos ventes, le CA généré.

Pour du BtoB : les leads (prospects) récupérés : leurs emails et numéros de téléphone...

Pour du contenu : le nombre d'articles consultés (et de publicités vues !).

Cela vous permettra d'obtenir 3 informations essentielles :

  1. - Le taux de conversion : le pourcentage de visiteurs ayant atteint l'objectif.
  2. - La segmentation : Quels visiteurs sont restés, et pourquoi. Quels visiteurs sont partis, et pourquoi.
  3. - Visualiser le "funnel", l'entonnoir de conversion.

 

Lorsque vous définissez un objectif, 4 possibilités vous sont proposées : 

 

Dédinition de l'objectif Google Analytics

 

Oubliez Evénement, sauf si dans votre équipe il y a un développeur Javascript.

Oubliez Pages/Ecrans par session, sauf si vous êtes éditeur de contenu.

Oubliez la Durée, car comme nous l'avons vu, cette information n'est pas significative.

Concentrez vous sur Destination ! En E-commerce, la page de confirmation du paiement est cette page, car ceux qui auront vu cette page, sont ceux qui ont payé.

Vous aurez ensuite l'entonnoir de conversion :

Entonnoir de conversion - Fannel

Il est toujours préférable de "colmater" un entonnoir de conversion "troué", plutôt que de vouloir faire rentrer un maximum des gens dedans qui n'ont pas d'intérêt à devenir clients ou membres.

 

C- Traquer les sources

 

Voici maintenant le plus important, le nerf de votre Growth Hacking : la qualification de vos différents apporteurs de trafic (médias sociaux, partenariats, adwords, display, etc...). Pour cela vous devez traquer ces sources (ou "flux", "referer", référent, ou page précédente).

Si vous ne le faites pas, votre fréquentation sera considérée comme du trafic direct, c'est à dire non qualifiée. Vous ne saurez pas d'où viennent vos visiteurs...

Chaque campagne d'email, lien partenaire, publication sur les réseaux sociaux, doit être traquée spécifiquement. Pour ce faire vous devez remplacer les liens traditionnels par des url spécifiques à Google Analytics.

Pour générer ces liens rendez vous ICI :

Campaign URL Builder - Google Analytics

 

Renseignez correctement au moins les trois premiers champs, et générez une url courte en cliquant sur "Convert URL to Short Link" :

Short Link - Google Analytics

 

Il ne vous reste plus qu'à insérer ces url dans vos liens sur vos différentes sources, pour démarrer le Growth Hacking : vous verrez les sources qui vous rapportent, vous amènent du trafic, celles qui ne servent à rien, et vous pourrez prendre les mesures qui s'imposent pour en développer certaines, ou en arrêter d'autres...

 

Pour finir, 2 remarques importantes :

  • - Ne tentez pas de récupérer des données personnelles (nom, prénom,...) car c'est interdit par Google.
  • - Utilisez les fichiers Logs fournis par votre hébergeur. Ce sont des mines d'informations que vous pouvez traiter avec des outils d'analyses spécifiques. Vous en saurez beaucoup plus sur l'origine de vos visites.

 

Faire du Growth Hacking avec Google Analytics ?

Demandez à un spécialiste la mise en oeuvre de vos indicateurs de performance

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *